Arts & Culture

Samir Bennis : « Les manuels scolaires inculquent des contre-vérités aux espagnoles sur le Maroc

Entretien par Karima Rhanem

L’analyste politique, Samir Bennis vient de présenter mercredi 09 janvier à la bibliothèque nationale de Rabat son premier livre intitulé «Les relations politiques, économique et culturelles entre le Maroc et l’Espagne 1956-2005 ». A travers ce livre, Bennis fait appel aux responsables de la diplomatie marocaine pour mettre en place des instituts de recherche qui serviraient de référence pour informer les dirigeants politiques sur les relations bilatérales entre les deux pays. Il affirme l’existence d’une autre réalité qui caractérise ses relations au-delà de l’officiel, vu que tous les sondages démontrent une image obscure du Maroc au regard de l’opinion publique espagnole. Pour lui sans une relecture de l’histoire à travers les manuels scolaires et une réforme profonde du regard de l’autre et un rapprochement entre leurs sociétés respectives, les relations entre les deux pays resteraient prisonnières des mêmes obstacles

542259_147573292062392_19757868_n

Pourquoi le choix d’un livre sur les relations Maroco-Espagnoles ?

Plusieurs facteurs m’ont poussé à conduire une recherche scientifique sur les relations entre le Maroc et l’Espagne. Tout d’abord l’intérêt personnel que je porte à la politique étrangère du Maroc et de l’Espagne. Puis l’importance des différends territoriaux qui opposent les deux pays, en l’occurrence celui du Sahara, de Ceuta et Melilla et les ilots avoisinants, sans oublier la question de la pèche, les relations économiques, la délimitation des frontières maritimes et les relations économiques. En Outre, la recherche rigoureuse sur les relations entre les deux pays faites par des Marocaines est très limitée. Alors qu’en Espagne, il existe nombre de Think Tanks (instituts de recherches) qui se consacrent à ce sujet et préparent des recommandations aux dirigeants espagnols. On ne peut continuer au Maroc d’avoir une politique basée sur l’improvisation ou la réaction, il faut qu’on commence à mettre en place des instituts de recherches, qui serviraient de références pour nos dirigeants politiques. Donc mon but en publiant ce livre est en quelque sorte défendre la perspective marocaine concernant des sujets comme Ceuta et Melilla, le Sahara, l’émigration ou encore la pêche et combler le fossé de la recherche scientifique dans ce domaine.

Quelles sont les grandes lignes de ce livre ?

Dans les relations entre le Maroc et l’Espagne, il faut différencier entre les discours officiels des dirigeants des deux pays, et la réalité sur le terrain en ce qui concerne l’opinion publique. Alors qu’on entend dire à chaque fois que les relations entre les deux pays sont excellentes, l’image des Marocains en Espagne n’est pas si reluisante. Tous les sondages d’opinion qui ont été effectué en Espagne durant les dernières années ont démontré invariablement que le Maroc occupe toujours le bas de l’échelle aux yeux des espagnols en comparaison avec les autres pays.

Ces données montrent bien le décalage qui existe entre les discours officiels et la réalité. Or cette image du Maroc en Espagne n’est pas fortuite et on ne devrait pas être surpris de voir comment une grande partie des Espagnols continuent à considérer leurs voisins du sud comme ennemis. Pour trouver une explication à cette mauvaise perception des espagnols, il faudrait savoir analyser la manière dont les manuels scolaires espagnols traitent l’histoire des relations entre les deux pays. A la grande surprise des Marocains, les manuels scolaires espagnols inculquent des contre-vérités aux futures générations d’espagnols sur leurs voisins du sud.

Selon le sondage du l’Institut Elcano de Estudios Estrategicos, plus d’un tiers des répondants considèrent que les Marocains comme une «menace» pour la société espagnole, tandis que 60 pour cent les considèrent comme des islamistes et plus de 90 pour cent les considèrent comme des «machos». D’autre part, près de 80 pour cent des Espagnols estiment que le Maroc ne devrait pas entrer dans l’Union européenne, et l’écrasante majorité du pays (84%) considère que son voisin du sud comme un pays «autoritaire» où les droits de l’homme »ne sont pas respectés» (74%). En outre, 34% des répondants considèrent le Maroc comme un ennemi de l’Espagne, tandis que 43% estiment que leur voisin du sud est un pays violent.

La caractéristique la plus répandue de la façon dont la littérature espagnole décrit ces relations est que les Espagnols n’ont jamais fait de mal au Maroc, et que les Marocains sont ceux qui ont toujours infligé une grande douleur à leurs voisins du Nord.

Le meilleur dans ce sens est la cuisante défaite de l’armée espagnole à la bataille d’Anoual en Juillet 1921, ainsi que la participation des Marocains dans la guerre civile espagnole (1936-1939). Plusieurs décennies après la guerre civile espagnole, de grands secteurs d’Espagnols continuent de faire porter au Marocains la responsabilité des souffrances infligées par les partisans de Franco sur les républicains, alors que de nombreuses études menées que ce soit en Espagne ou à l’étranger montrent que sans l’aide apportée par les Italiens et les Allemands, cette guerre fratricide aurait pu avoir un résultat différent.

Et pour améliorer cette relation ! Quelles sont les leçons tirées de votre recherche ?

Pour que les relations entre les deux pays soient réellement excellentes à tous les niveaux, il faudrait tout d’abord que nos voisins du nord reconsidèrent leur perception du Maroc. Ceci étant dit, on peut s’attendre à ce que les choses évoluent positivement devant la léthargie de nos intellectuels. Il est temps que nous Marocains commençons à mener à bien des d’études scientifiques afin de faire la lumière sur ce chapitre des relations entre le Maroc et l’Espagne et veiller à éduquer les Marocains et les étrangers sur ce qui s’est réellement passé au cours de protectorat espagnol sur le Maroc.

Comme je l’ai toujours dit, de même que d’autres analystes espagnols, il est dans de l’intérêt des deux pays de veiller à ce que leurs relations soient marquées par un esprit de convergence, de respect mutuel et d’entente. Ceci étant dit, il faudrait que les deux pays renforcent la panoplie d’intérêts économiques, culturel et stratégiques qui les lient depuis plusieurs décennies, et veillent à atténuer l’impact des conflits classiques (Ceuta et Melilla, Sahara, délimitation des frontières maritimes) sur l’agenda de leurs relations bilatérales.
Côté marocain, il serait d’une importance vitale que les dirigeants et la classe politique marocaine établissent des relations de confiance aussi bien avec la gauche (PSOE) que la droite espagnole, représentée par le Parti Populaire au pouvoir actuellement. Jusqu’avant le retour du PP au pouvoir, la plupart des analystes craignaient que les relations entre les deux pays ne traversent la même zone de turbulence que pendant les deux mandats de Jose Maria Aznar (1996-2004) et que l’Espagne adoptent des positions contraires aux intérêts du Maroc en ce qui concerne la question du Sahara.

Or plus d’un après l’arrivée de Mariano Rajoy à la Moncola, il s’est avéré que l’Espagne garde la même neutralité positive sur le dossier du Sahara que celle adoptée par Jose Luiz Rodriguez Zapatero. Je pense qu’il est temps que la classe politique marocaine profite de la nouvelle donne pour jeter les ponts d’une relation de confiance durable avec la droite espagnole. Cela immunisera les relations entre les deux pays contre tout changement du parti à la tête du gouvernement en Espagne.

En conclusion, il ne peut y avoir une relation d’entente durable entre les deux pays, tant qu’on continue d’avoir une lecture biaisée de l’histoire des relations les deux pays. D’où la nécessité que les responsables des deux pays reconsidèrent la manière dont les manuels scolaire et les livres d’histoire décrivent les relations entre le Maroc et l’Espagne.

Categories: Arts & Culture

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s